Canyoning : la beauté des canyons et la force de l’eau vive

Canyoning : descente de chute d'eau en rappel

Le canyoning, c’est quoi ?

Le canyoning, aussi appelé canyonisme en France, est un sport outdoor qui consiste à descendre le lit d’une rivière ou d’un cours d’eau à pied avec un matériel adapté. En général, il se pratique en groupe avec un matériel élémentaire d’alpinisme de façon à surmonter les divers obstacles. Ainsi, les participants cheminent dans le cours d’eau en marchant, en nageant, en sautant dans les vasques d’eau, en pratiquant la descente en rappel dans les chutes d’eau ou encore en glissant sur des toboggans naturels formés par l’eau vive dans les montagnes.

Voici une vidéo pour vous rendre compte de ce que c’est :

On parle aussi parfois de randonnées aquatiques pour les cours d’eau les plus faciles à descendre.

Historique

Les premières explorations des canyons ont lieu à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème. A l’époque, le matériel est rudimentaire. Il s’agit bien souvent d’une simple corde ! L’explorateur le plus connu est sans doute en France Armand Jamet qui descend le Canyon de l’Artuby au Verdon en 1893. En 1905, il part de nouveau dans les Gorges du Verdon avec Edouard-Alfred Martel et une poignée d’autres hommes. Ils emmènent avec eux trois barques en bois dont 2 vont se fracasser sur les arêtes rocheuses durant le voyage. Une partie de l’équipe préfèrera renoncer à cause des énormes difficultés qui se dressent devant les aventuriers. Les autres sortiront de l’expérience épuisés après plusieurs jours de descente.

Ce n’est que dans les années 70 et 80 que l’activité commence à se développer en tant que loisir, notamment grâce au répertoire de canyons établi par les alpinistes. Les instances sportives officielles s’intéressent également à cette pratique de pleine nature aux franges de l’escalade, de la spéléologie et des sports en eaux vives. La FFME (Fédération Française de Montagne et d’Escalade) gère ainsi les formations pour le canyoning en relation avec la FFS (Fédération Française de Spéléologie).

Dans les années 90, le sport de plein air se développe avec la naissance de sociétés commerciales qui proposent à leurs clients des descentes de canyons. L’accent est mis sur l’aspect ludique avec les sauts et les toboggans.

Comment se préparer pour une session de canyoning ?

Bien sûr, si vous désirez faire du canyoning, mieux vaut s’adresser à un professionnel. Lui seul pourra vous indiquer ce qu’il est nécessaire d’emporter avec vous. Cependant, la plupart du temps, il vous fournira tout l’équipement dont vous avez besoin.

De base, la pratique du canyoning demande au moins l’équipement suivant : une combinaison néoprène, un casque, des chaussons étanches,  et du matériel d’escalade. Ce dernier comporte des cordes, un baudrier pur chaque participant, des descendeurs, des mousquetons et des dégaines. Vu le caractère aquatique de l’activité, le tout doit être transporté dans des sacs poreux laissant traverser l’eau. Le reste des affaires personnelles est transporté dans des sacs étanches ou des bidons étanches qui permettent alors aux sacs de flotter. Il est bien sûr préférable d’emmener avec soi de la crème solaire, de la nourriture, des vêtements de rechange, et une trousse de secours.

Par ailleurs, si vous avez les cheveux longs, il faut prévoir de les attacher avec un élastique. Si vous portez des lunettes, il vous faudra absolument un cordon pour les attacher et ne pas les perdre.

Les risques du canyoning

Les risques sont importants si on n’est pas accompagné par un professionnel de la montagne. L’activité est le cadre de nombreux accidents. Les accidents mortels sont quasiment tous dûs à une prise de risques sur les conditions météo. En effet, un orage peut très rapidement entraîner une augmentation importante du débit du cours d’eau parcouru et ainsi changer radicalement les conditions de descente. Le canyon devient alors un piège dont il est difficile voire impossible de s’extraire.

Il faut aussi être très prudent lorsqu’on saute dans une vasque par exemple. Les moniteurs connaissent heureusement très bien les lieux de pratique. Ils savent la profondeur de chaque trou d’eau, et les différents obstacles qu’il peut abriter.

Comment se déroule une session de canyoning ?

Le moniteur vous donne rendez-vous à un point de ralliement. Il vous fournit le matériel et vous vous équipez. Avant toute chose, il vous donne les diverses consignes de sécurité. Puis, vous partez en randonnée sur un temps généralement court entre 5 et 20 minutes maximum pour rejoindre le début du canyon. Enfin, vous suivez le moniteur dans le canyon et l’aventure commence.

Vous allez nager, faire des descentes en rappel, sauter et glisser si vous avez la chance de rencontrer sur le parcours des toboggans naturels. Vous vous arrêterez probablement sur le bord du canyon pour pique-niquer si l’activité est prévue pur durer toute la journée.

La plupart du temps, les sociétés commerciales proposent des parcours où les obstacles sont évitables. Par exemple, si vous ne voulez pas sauter à un moment, vous pourrez le faire. S’il y a du rappel, vous aurez droit à une mini formation en début de session. Normalement, à la fin de journée, vous devriez être bien fatigués, et surtout ravis d’avoir passé une superbe journée en pleine nature dans des décors magnifiques.

Où faire du canyoning ?

En France, 25 départements proposent des activités de canyoning, la plupart du temps dans les Pyrénées et les Alpes. En ce qui concerne le profil des canyons, il faut savoir que les toboggans sont rares en milieu calcaire, et bien plus nombreux en milieu granitique ou basaltique. Ainsi, vous en trouverez surtout dans les Pyrénées, en Savoie, en Corse, ou sur l’île de la Réunion. Enfin, les parcours les plus fréquentés disposent souvent d’ancrages artificiels pour attacher les cordes. Ils procurent ainsi plus de sécurité.

Retour en haut
neque. justo mi, ante. in libero. sed